CieDesChimeres_Grand-X_Photo_C-Robineau_8.JPG
CieDesChimeres_Grand-X_Photo_C-Robineau_9.JPG

Pour en savoir plus sur le spectacle 

CieDesChimeres_Grand-X_Photo_C-Robineau_1.jpg

... ou sur les actions culturelles  en lien 

CieDesChimeres_Grand-X_Photo_C-Robineau_1.jpg

Grand'X

Solo poétique et trash pour une femme clown

Ce projet théâtral et clownesque est né du désir de créer un "seule en scène"

dans la continuité du travail déjà mené par la Cie des Chimères sur la place et l’image du féminin dans notre société.

Avec ce spectacle, Eva Cauche s’empare d’un sujet grave, celui des violences conjugales.

Après différentes recherches, littéraires, sociologiques, elle s’est attachée à comprendre les mécanismes psychologiques et cognitifs de la violence en jeu dans ce type de relation.

Avec le clown comme point de départ de son travail, elle s’est délectée à jouer avec les mots pour dire l’indicible, avec pour référence les problèmes d’élocution fréquents chez les victimes de traumas.

 

Eva Cauche 

« J’ai mis un nez aux mots pour dire plus encore, les charger de sens, en faire des " valises ".
Je me suis amusée avec " les nez-mots " (ou mots-tordus).
Je me suis régalée à triturer le langage pour prendre de la distance pour "empoétiser" le réel, même le plus abject et à utiliser le texte comme masque, au pied de la lettre.
Comme le dit elle-même Grand’X : " Une sorte de dyslocution, comme une séquelle post-taureaumatique !
" »  


La mise en scène joue sur l’absence-présence d’un personnage fictif ou réel : le mari de Grand’X ou du moins ce qu’il en reste… Comme une prestidigitation, pour manipuler la perception du public.
Dans nombreux cas de violences psychologique le bourreau contrôle sa victime

et s’immisce dans tous les recoins de son espace vital et mental.

Même absent, il domine, emprisonne.
En assistant au spectacle, le public fait l’expérience de cette manipulation.

Mais celle-ci est inversée : dans sa façon de raconter son histoire, c’est Grand’X, nouvellement libérée, qui a le dessus !

La narration est aussi volontairement non linéaire ou chronologique, les temporalités se mélangent.
Ce qu’elle a vécu est encore tellement présent : elle revit les événements comme

les victimes de traumas… parfois la distance n’est plus.

 

Extrait 
« Le problème, c’est que des fois, les intelligents, ils deviennent rendfous.

Comme si, t’es intelligent, t’es extra-lucide et du coup, tu deviens rendfou…

Par exemple, mon amère, elle était très extra-lucide.

Elle y voyait par tout, elle coguitait toutes les choses.

Ce qui la rendue psychotouille.

Elle était médecine, même pour finir inspectrice de la dadass, total’ment chatouillée

du cervical.

Maiaiaiais, c’est pas arrivé du jour au landeau, hein !

C’est par’c’que, dans son enface, elle avait eu un sentimoi d’abondance.

Et ce sentimoi d’abondance dans l’enface, ça l’a rendue malourde pour la vie…

T’as beau avoir constrictor un’famaille, avec marmille et tout, un jour, ça t’rattrappèle

et vlop ! Tu bascades !

Et mon amère elle a bascadé complexe ! »

Durée 60mn - À partir de 14 ans

 

ÉCRITURE-INTERPRÉTATION : Eva Cauche

MISE EN SCÈNE  : Elvire Ienciu

DRAC-ARA_Logo_MCC.png
MinistereEN-J&S_FDVA_Logo - Copie.png
CieTurluppin_Logo.jpg
Ardeche le Departement 2021_Q.png
Theatre-Auxerre_Logo.png.png
Val-Eyrieux_Logo_Blanc.png
CPCA_Logo.jpg
LOGO MAIRIE.jpg
Theatre de Privas_Logo 2022.png
LeNautilus-LedaAtomica_Logo.jpg
EspaceLouisNodon-Vernoux_Logo.PNG