ourse et petite ourse copie.jpg
1ers essais 3.jpg
1ers essais 2.jpg

Une Petite Ourse

Solo clownesque et album jeunesse

pour dire les tabous sur les violences familiales

Dans cette période de luttes en tous genres, il est primordial pour les artistes d’utiliser leur savoir faire afin de participer aux contestations qui émergent de partout, et notamment de faire évoluer les mentalités sur la question du silence autour de l’inceste et de la pédo-criminalité.


Une jeune clowne plante le décor.

Encombrée de sa multitude de cubes et au prix de nombreux efforts burlesques, elle construit un personnage. "Petite Ourse" est donc là, entourée de sa grande famille "normale" et de gens qui l’aiment.

La présentation faite, l’harmonie est rompue par le geste de trop de "Papi Ours".
 

S’ensuit alors des allers-retours entre une figure féminine victime d’inceste s’exprimant avec son corps, les cubes qui l’entourent, vecteur de langage gestuel et ce clown qui prend le relais pour dire l’indicible, s’indigner, se rebeller contre le silence de nos sociétés.
Le corps exprime la peine, la honte, la colère, la reconstruction nécessaire et salvatrice, aidé de ce lot de cubes qui deviendra tour à tour personnages, barricade, forteresse, cellule ou encore tanière.
Face à la cruauté des adultes et à la solitude de des victimes, le clown rit du tabou et de l’inceste, avec ses colères, ses doutes.

Le théâtre de gestes et d’objets ici mis en scène développent un langage corporel et métaphorique, ouvert à l’interprétation de chacun

 

Pas de demi mesure pour donner à réfléchir sur l’inceste mais aussi de la douceur, de l’amour et de la bienveillance.

Pas de culpabilisation ni de moralisme mais c’est bien un pierre à l’édifice de la lutte contre les abus qui est posé à chaque représentation

Durée : 40mn environ

Tout public, à partir de 6 ans

 

ÉCRITURE-INTERPRÉTATION

Mélanie Limouzin

GRAPHISME / ILLUSTRATION

Joèl Relier

 

MISE EN SCÈNE

Elvire Ienciu / Juliette Zollkau-Roussille

L'histoire